Si la femme en position a un groupe sanguin négatif et que le bébé hérite du Rh positif paternel, il y a un risque de conflit Rh. L'immunité de la mère considère le fœtus comme un corps étranger et essaie de l'arracher. Le risque de conflit entre le rhésus de la mère et du bébé à chaque grossesse augmente de 10%. Avec ces données initiales, les femmes se voient souvent proposer des immunoglobulines injectables. Pour quelles indications avez-vous besoin du médicament et combien d'injections vous devez faire?

À quoi sert-il et comment fonctionne l'immunoglobuline?

L'immunoglobuline est un médicament qui est une fraction protéique et se compose d'anticorps extraits du plasma sanguin des donneurs. Il existe deux types de médicaments:

  1. Immunoglobuline humaine. Utilisé lorsqu'une personne est confrontée à une maladie infectieuse (herpès, cytomégalovirus, etc.). Le médicament pour les femmes enceintes est utilisé extrêmement rarement - il est nécessaire si le corps de la femme enceinte ne répond pas aux agents antibactériens ou si elle a une menace d'interruption de grossesse. Le but de l'utilisation du médicament est de stimuler le système immunitaire. Quelques jours après la vaccination, la femme développe une résistance aux infections.
  2. Anti-rhésus. Le médicament est injecté aux femmes enceintes lorsqu'un conflit se produit entre le sang rhésus de la mère et de l'enfant.

L'immunoglobuline anti-rhésus (anti-D) diffère de l'homme normal en ce qu'elle comprend des anticorps dirigés contre les antigènes positifs du facteur Rh et non contre les virus. Les personnes sans formation médicale le prennent souvent pour la vaccination, en le comparant aux vaccins, par exemple, contre la grippe ou la varicelle. Cependant, les différences sont dramatiques: la composition du médicament contient des anticorps synthétisés par le système immunitaire et non des agents pathogènes inactivés.

Avec l'introduction d'une mère médicamenteuse anti-rhésus, les anticorps qu'elle contient remplacent les cellules immunitaires, «trompant» ainsi les défenses de son corps. Les globules rouges positifs qui pénètrent dans la circulation sanguine du bébé sont détruits, ce qui empêche la survenue d'une réponse immunitaire et l'interruption de grossesse. L'utilisation en temps opportun du médicament garantit le déroulement normal de la grossesse et réduit considérablement la possibilité de maladie hémolytique chez le deuxième enfant et les enfants suivants.

Indications d'utilisation des immunoglobulines pendant la grossesse

Les indications directes pour l'utilisation du sérum sont:

  • l'indicateur opposé du rhésus chez le fœtus;
  • risque de fausse couche;
  • risque élevé de conflit rhésus;
  • Diabète;
  • violation de la barrière placentaire;
  • décollement du placenta;
  • blessures péritonéales;
  • toxicose tardive sévère;
  • grossesse extra-utérine;
  • Sang "positif" du père;
  • Avortement;
  • maladies infectieuses.

Contre-indications et effets secondaires

L'outil n'est pas prescrit dans certains cas:

  • hypersensibilité au médicament;
  • allergie grave à tout produit sanguin;
  • rhésus négatif avec sensibilisation et présence d'anticorps;
  • rhésus positif.

Si au cours de l'injection ou de la perfusion dans la veine, la posologie et le taux de réception du médicament sont observés, il n'y aura pas d'effets secondaires graves. Dans une heure sont observés:

  • malaise;
  • mal de crâne;
  • frissons;
  • légère augmentation de la température.

L'immunoglobuline est normalement tolérée par les patients, mais parfois une femme peut être dérangée:

  • toux;
  • nausée et vomissements;
  • dyspnée;
  • hyperthermie au site d'injection;
  • salivation et transpiration abondantes;
  • douleurs à la poitrine et à l'estomac;
  • allergie;
  • la faiblesse;
  • douleurs dans les articulations, comme avec la grippe;
  • hyperémie du visage.

Méthodes d'utilisation de l'immunoglobuline

L'immunoglobuline est administrée deux fois: à 28 semaines de gestation et immédiatement après la naissance. Cela permet d'éviter un conflit entre la mère rhésus et le bébé, lorsqu'une femme tombe à nouveau enceinte. Le médicament est administré par voie intramusculaire et par perfusion intraveineuse. La méthode d'utilisation est déterminée par la posologie, l'état d'immunité, ainsi que la façon dont le corps de la future femme transfère cette substance.

Pendant la grossesse

L'introduction du médicament est effectuée après la livraison de la future analyse de la mère des anticorps dirigés contre l'antigène D. Si elle a une menace de fausse couche, le médecin à 7 mois de gestation fait une injection d'immunoglobuline à une posologie standard, et une deuxième perfusion sera nécessaire après l'accouchement. Le médicament reste actif dans le corps pendant 3 mois. Parfois, le calendrier de la procédure est considérablement modifié:

  • En 1 trimestre, une injection est donnée pour un risque de fausse couche ou d'avortement forcé.
  • En cas de blessure péritonéale à 13–18 semaines ou d'amniocentèse, un accouchement prématuré, une hémorragie ou un hématome sont possibles, par conséquent, l'utilisation du médicament est indiquée. Il est reconduit dans ses fonctions aux semaines 26-28. En cas d'hématome étendu, le médicament est administré mensuellement jusqu'à l'accouchement.

Avant d'utiliser le médicament, il est chauffé pendant 2 heures à une température de 18 à 20 ° C. Pour l'injection, choisissez un gros muscle (fesse, épaule), où le sérum est lentement injecté avec un tube de seringue spécial. Après la procédure, la patiente doit être sous la surveillance de médecins pendant environ une heure afin qu'ils puissent évaluer la réaction de son corps au médicament.

Après l'accouchement

Avant d'accoucher, une femme est avertie que la réutilisation du médicament peut être nécessaire. L'indication de la procédure est un rhésus positif chez l'enfant né. Sinon, le besoin de médicaments disparaît.

Il est recommandé d'administrer le médicament dans les 72 heures après la naissance, de préférence le plus tôt possible. Si un contrôle a été effectué dans la salle d'accouchement et que des antigènes ont été détectés chez l'enfant, une injection est administrée immédiatement. À la première gestation, le risque de conflit Rh est plus faible, et au deuxième et à tous les suivants, il est plus élevé, par conséquent, l'utilisation du médicament permet d'éviter des complications à l'avenir. De plus, l'immunoglobuline est administrée après une grossesse extra-utérine, son interruption artificielle, une fausse couche, la mort de l'enfant pendant l'accouchement et un décollement du placenta avec un accouchement complexe.

La posologie est ajustée en fonction du nombre de globules rouges «étrangers» (cellules sanguines du bébé) qui pénètrent dans la circulation sanguine de la mère. La dose standard (200–300 mcg) augmente de 1,5 à 2 fois avec une césarienne ou un décollement manuel du placenta.

Si le médicament n'a pas été administré, trois jours plus tard, la femme doit être testée pour les anticorps. Leur présence peut nuire au bébé, de sorte que les médecins recommanderont de le transférer du lait maternel au lait maternisé.

Implications pour la future mère

L'immunoglobuline est utilisée pour soutenir la condition des femmes ayant une grossesse compliquée depuis 1968, et jusqu'à présent il n'y a eu aucun cas de réactions sévères au médicament. Cependant, avec son utilisation, des conséquences négatives sont toujours possibles:

  • Les effets secondaires sous forme de rougeur de la peau, l'hyperémie apparaissent rarement et disparaissent au cours de la journée. Une conséquence grave de l'introduction du médicament est le choc anaphylactique, mais de tels cas sont enregistrés extrêmement rarement. En cas de réaction allergique aiguë, les médecins fournissent immédiatement les premiers soins.
  • Infection avec infections sévèrement traitables ou incurables. L’utilisation d’extraits du sang de donneurs comporte un risque d’hépatite ou de virus VIH dans le corps de la femme. Cependant, les fabricants du médicament affirment qu'avant sa création, les donneurs sont soigneusement contrôlés et que le sérum subit une purification en plusieurs étapes, ce qui élimine pratiquement tous les risques. La possibilité d'infection est de 1: 10000.
  • La possibilité d'un surdosage. Sous réserve des instructions du fabricant concernant le calcul de la quantité de médicament, il n'y a aucun risque pour la femme enceinte. Lorsqu'une femme pénètre dans la circulation sanguine de 15 ml de globules rouges «étrangers», 300 microgrammes du médicament sont administrés. Les spécialistes déterminent le dosage en utilisant la méthode de comptage du nombre de globules rouges de Kleichauer et Betke.

Prévention des conflits rhésus

Si une femme avec un Rhésus négatif planifie une grossesse à l'avance, elle doit demander au père du futur bébé de se faire examiner pour éviter les complications lors du port du fœtus. Si elle tombe enceinte, il faut:

  • s'inscrire auprès d'un gynécologue avant la date limite de 12 semaines;
  • administrer des immunoglobulines selon les modalités prescrites par le spécialiste avec du sang "positif" du père;
  • en l'absence de sensibilisation, utiliser le médicament pendant toutes les grossesses.

Les femmes dont le groupe sanguin est négatif doivent être prudentes: si possible, évitez les procédures invasives et ne faites pas d'avortements. L'immunoglobuline devra être administrée à la fois pendant l'interruption naturelle de la grossesse et pendant l'avortement. Même si une immunoglobuline est administrée à la femme enceinte, le médecin lui donnera chaque mois une référence pour détecter les anticorps dans le sang.

Immunoglobuline anti-rhésus - mode d'emploi et indications, formulaire de libération et prix

Le conflit rhésus entraîne de graves problèmes de santé pour le bébé à naître, vous devez donc répondre en temps opportun à la présence d'une telle pathologie. L'introduction du médicament pendant la grossesse augmente les chances de viabilité du fœtus, réduit la liste des complications potentielles pendant la période prénatale. La pathologie est grave, donc une femme qui porte un fœtus est sous stricte surveillance médicale.

Qu'est-ce qu'un conflit rhésus pendant la grossesse

Si une femme a un facteur Rh négatif, elle est à risque. Pour sa santé, une telle caractéristique du corps n'a pas d'effet négatif, des problèmes surviennent pendant la grossesse. Si le fœtus a un facteur Rhésus positif, un conflit Rhésus se développe. Cela signifie que le système immunitaire de la mère reconnaît les cellules de l'enfant à naître comme étrangères et commence une lutte active avec elles..

L'immunité d'une femme enceinte produit des anticorps, des immunoglobulines, qui pénètrent la barrière placentaire et détruisent les protéines qui ne sont pas présentes dans la composition morphologique du sang de la mère. En conséquence, la jaunisse se développe chez les nouveau-nés, associée à la dégradation des cellules sanguines (hémolyse). Des pathologies plus graves ne sont pas exclues, parmi elles - l'hydropisie du fœtus, les lésions cérébrales et cardiaques, la mortinaissance. Pour éviter de telles complications, la patiente doit introduire une immunoglobuline anti-rhésus pendant la grossesse.

Quand une immunoglobuline anti-rhésus est nécessaire

Pour donner naissance à un bébé en bonne santé et exclure le conflit Rh, une protéine spécifique est administrée aux femmes enceintes avec un facteur Rh négatif. Parmi les autres indications médicales pour l'introduction d'immunoglobulines anti-rhésus en l'absence d'un facteur Rh, les médecins distinguent:

  • interruption spontanée ou intentionnelle de la grossesse (avortement);
  • blessures abdominales;
  • la menace d'interruption de grossesse à tout moment;
  • après amniocentèse;
  • rupture du placenta;
  • grossesse avec naissance ultérieure d'un enfant avec un facteur Rh positif;
  • grossesse extra-utérine.

Comment fonctionne l'immunoglobuline anti-rhésus?

La protéine spécifiée est isolée du sérum ou du plasma de donneurs ayant subi un test préliminaire de l'absence d'anticorps anti-VIH, hépatite B et C dans le sang. Lorsqu'elle est administrée, la substance empêche la formation d'anticorps dirigés contre le facteur Rh et empêche l'hémolyse des globules rouges du fœtus. À la discrétion du médecin traitant, l'immunoglobuline anti-rhésus est censée être administrée à 28 semaines d'obstétrique, mais dans ce cas, la probabilité de mélanger deux sang avant la naissance est considérablement augmentée.

Le moment optimal pour l'introduction de protéines est immédiatement après la naissance du bébé. Il s'agit d'une prévention efficace des maladies hémolytiques lors de la prochaine grossesse. Avec une sensibilisation détectée (la présence d'anticorps anti-facteur Rh dans le sang de la future mère) et un facteur Rh positif, l'utilisation d'immunoglobulines anti-Rhésus est catégoriquement contre-indiquée, il n'y a pas de besoin urgent.

Instructions pour l'utilisation d'immunoglobulines anti-rhésus

Une dose unique du médicament spécifié est déterminée individuellement, l'administration intraveineuse de sérum est complètement exclue. Les instructions détaillées d'utilisation reflètent ces informations précieuses pour les patients à risque:

  1. Le sérum doit être administré par voie intramusculaire, l'automédication est strictement contre-indiquée.
  2. Avant d'administrer le médicament, il est nécessaire de le conserver à température ambiante pendant au moins 2 heures (au chaud dans des conditions naturelles).
  3. Pour recevoir le médicament dans le corps, il est nécessaire d'utiliser une seringue stérile jetable avec un grand dégagement.
  4. Lors d'une opération d'avortement, le sérum doit être administré immédiatement après son achèvement.
  5. Pendant la période prénatale, la dose recommandée doit être appliquée à 28 semaines d'obstétrique - une fois, puis immédiatement après la naissance.
  6. Une dose unique après un accouchement réussi est de 300 ou 600 μg de sérum, et elle doit être administrée au corps d'une mère nouvellement frappée dans les 48 à 72 premières heures..

Contre-indications et effets secondaires

Cette préparation médicale élimine complètement le risque d'interaction médicamenteuse, elle peut donc y pénétrer même avec un traitement antibiotique prolongé. Mais après qu'une seule dose d'immunoglobuline arrive dans le corps féminin, les médecins n'excluent pas la survenue d'effets secondaires. Parmi ceux-ci:

  • allergies, réactions cutanées, représentées par l'urticaire, démangeaisons sévères, brûlures, éruptions cutanées et hyperémie de la peau, moins souvent - choc anaphylactique aigu;
  • hyperthymie (instabilité du système nerveux, représentée par une humeur étonnamment élevée, une activité excessive dans tous les domaines de la vie);
  • troubles digestifs palpables, par exemple, signes graves de dyspepsie.

L'introduction de cet élément important dans le sang n'est pas autorisée pour toutes les femmes ayant un facteur Rh négatif. Il y a des contre-indications médicales présentées dans les instructions par une telle liste:

  • hypersensibilité aux composants actifs du médicament administré;
  • prévention des conflits rhésus chez les nouveau-nés;
  • diabète chez la femme enceinte;
  • sensibilisation détectée (anticorps Rh détectés dans le sang).

Instructions spéciales pour l'utilisation d'immunoglobulines anti-rhésus

Le sérum ne peut être utilisé après la date de péremption, non-respect des règles et conditions de conservation de la solution, ainsi qu'en cas de violation de l'intégrité du flacon. Idéalement, une immunoglobuline anti-rhésus est un liquide incolore.Par conséquent, si la solution change de couleur et devient trouble, ou si un précipité apparaît sous forme de flocons insolubles, le flacon doit être jeté après ouverture. La vaccination n'est pas possible, car elle peut nuire considérablement à la santé du patient. D'autres recommandations sont présentées ci-dessous:

  1. Immédiatement après la vaccination, le patient doit rester sous stricte surveillance médicale. Il est possible que des effets secondaires se produisent et que les spécialistes puissent arrêter efficacement les méthodes médicales..
  2. Dans les 30 minutes suivant l'injection, une réaction allergique peut apparaître directement sur le site d'administration du sérum. La tâche du médecin est d'arrêter le choc anaphylactique lorsqu'il se produit.
  3. La vaccination avec un vaccin vivant est effectuée au plus tôt 3 mois après l'introduction de l'immunoglobuline.
  4. S'il y a un conflit rhésus entre les futurs parents, il est important de vacciner lors de la planification d'une grossesse. Cela permet d'augmenter les chances d'avoir un bébé en bonne santé..
  5. En présence d'un processus infectieux, il est conseillé de transférer l'injection d'immunoglobulines.
  6. Les parents Rh positifs ou un père avec un sérum de facteur Rhésus négatif ne sont pas requis.

Le prix de l'immunoglobuline anti-rhésus

Le médicament est très cher, il ne peut être utilisé que conformément aux prescriptions du médecin traitant en milieu hospitalier. Le sérum est vendu dans les pharmacies de la ville, et pas seulement à Moscou et à Saint-Pétersbourg, mais aussi dans les pharmacies provinciales. Le prix moyen est de 4 000 à 5 000 roubles. L'achat de médicaments en ligne est plus difficile et inutile. Des exemples de prix pour Moscou avec les noms des pharmacies sont présentés ci-dessous:

Immunoglobuline antirhésique pendant la grossesse

Un enfant qui grandit dans l'utérus de la mère tout au long de la grossesse n'est qu'à moitié apparenté à elle selon les données génétiques, car les gènes mâles introduits dans l'ovule par le sperme ont également participé à la formation du nouvel organisme. Et il devient clair que l'immunité d'une femme perçoit le bébé comme quelque chose d'étranger. Cependant, le rejet fœtal ne se produit pas, car l'immunité est supprimée au niveau naturel.

Mais les mécanismes naturels de l'immunosuppression ne suffisent pas dans le conflit Rh entre la mère et l'enfant. Dans ce cas, il est nécessaire d'utiliser des immunoglobulines anti-rhésus.

Les indications

Pour toutes les femmes enceintes, une immunoglobuline anti-rhésus n'est pas nécessaire. Comme déjà mentionné, la nature offrait la possibilité de porter le fœtus, donc même l'immunité excessivement zélée de la future femme commence le plus tôt possible à être supprimée par la progestérone, ce qui garantit la portance de l'enfant même dans les cas où l'immunité était initialement «contre».

L'immunoglobuline anti-rhésus est un médicament destiné aux femmes enceintes ayant une rhésus négative, à condition que la grossesse soit venue d'un partenaire Rh positif. Dans ce cas, il est probable que l'enfant hérite du sang «négatif» de la mère de la mère, mais il y a aussi une forte probabilité que le facteur Rh du fœtus soit positif.

Les cellules sanguines du bébé pénètrent dans la circulation sanguine de la mère après environ 9 semaines de grossesse, et elles sont considérées par l'immunité de la future mère comme des agresseurs. L'immunité commence une attaque à grande échelle sur les cellules sanguines d'un enfant, plus précisément sur une protéine, qui est un signe de statut Rh positif.

Un conflit rhésus se développe, une grave incompatibilité immunologique entre la mère et le fœtus. Ceci est lourd de fausses couches, d'une grossesse gelée, d'une naissance prématurée, du développement d'une maladie hémolytique du fœtus et du nouveau-né, de nombreuses complications dans l'état de santé de l'enfant à l'avenir.

Pour la production d'immunoglobulines, capables de prévenir les conflits, des cellules sanguines humaines sont utilisées, qui sont spécialement purifiées et contiennent des anticorps. Le sérum antirhésus, en substance, est une fraction d'une protéine, isolée du sang donné, testée minutieusement auparavant pour le VIH, la syphilis et l'hépatite, dissoute dans du sérum physiologique. La composition du médicament a introduit des anticorps anti-Rho (D) incomplets. Les transporter dans le sang d'une femme enceinte aide à prévenir la sensibilisation au Rh..

Considérez quelles circonstances sont considérées comme importantes pour prescrire une injection anti-rhésus. Il y en a plusieurs, mais le principal est la présence d'un facteur Rh négatif chez la patiente et positif chez son partenaire. Une injection du médicament est prescrite dans les cas suivants.

  • Lorsque vous portez un fœtus et après la naissance d'un enfant avec un facteur Rh positif. Ceci est très important pour les grossesses ultérieures, car la prochaine fois, il y aura encore plus d'anticorps dans le sang de la femme enceinte, donc les conséquences négatives pour le bébé deviendront plus probables.
  • Après une fausse couche ou une interruption de grossesse artificielle chez les femmes dont le sang est Rh négatif.
  • Après une grossesse extra-utérine ou manquée.
  • S'il y a une menace de fausse couche au cours d'un trimestre, si la future mère a un statut Rh négatif.

Ils administrent également le médicament aux femmes après l'amniocentèse et d'autres procédures invasives, car après elles, il y a un risque élevé de mélanger le sang de la mère et du fœtus.

Sans échec, une femme enceinte avec un statut Rhésus négatif reçoit une immunoglobuline anti-Rhésus si elle s'est blessée à l'estomac, est tombée sans succès et a reçu une blessure abdominale contondante.

Ainsi, le médicament peut être utilisé comme moyen de prévention prénatale des conflits Rh - prévu à 28-30 semaines de grossesse et dans les 72 heures après l'accouchement, lorsqu'il sera confirmé que le bébé est né avec un facteur Rhésus positif hérité de papa. Il s'agit d'une sorte de vaccin contre le conflit rhésus à l'avenir..

Dans tous les autres cas énumérés ci-dessus, une utilisation d'urgence du médicament est fournie..

Comment le médicament est-il administré??

Une femme enceinte reçoit une injection dans la salle de traitement de la clinique prénatale sur rendez-vous écrit d'un médecin. La deuxième injection est déjà effectuée à l'hôpital dans les trois jours suivant la naissance de l'enfant. Après l'accouchement, la vaccination n'est nécessaire que lorsque le bébé reçoit un diagnostic de facteur Rh «papa» positif.

Pour l'administration d'urgence, les dosages sont calculés sur place en fonction de la taille de l'inceste pour la mère et le fœtus en cas de blessure, de procédure invasive, etc..

Avec le développement d'une menace à tout moment, une dose moyenne d'immunoglobuline est administrée dans un hôpital ou dans une clinique prénatale.

Après un avortement, une fausse couche, un brossage, une grossesse extra-utérine, le médicament est administré immédiatement après une intervention chirurgicale ou une manipulation.

Dans tous les cas, le médicament est administré par voie intramusculaire profonde. Les rapports de nombreux sites de femmes selon lesquels l'immunoglobuline peut être administrée sous forme de compte-gouttes ne sont pas vrais. Le fabricant ne prévoit pas et contre-indiqué l'administration intraveineuse du médicament.

Les effets secondaires sont-ils possibles??

Le médicament n'affecte pas le fœtus, car il est considéré comme totalement sûr pour le développement et la croissance du bébé, de sorte que les futures mères ne peuvent pas s'inquiéter. De plus, le médicament est considéré comme sûr pour la femme enceinte elle-même et l'injection est généralement bien tolérée..

Les instructions d'utilisation de cet outil indiquent la nécessité d'au moins une heure pour surveiller l'état d'une femme après une injection. Mais c'est plus une précaution qu'une procédure justifiée..

Dans certains cas, la température corporelle peut augmenter légèrement, une sensation de faiblesse, des maux de tête, des nausées peuvent apparaître.

Au site d'injection, les rougeurs à court terme et les démangeaisons modérées ne sont pas exclues. Des conséquences graves (par exemple, un choc anaphylactique) ne sont probables qu'en théorie. Mais la probabilité elle-même forme également la nécessité de surveiller l'état de la future mère ou de la puerpère après l'administration du médicament.

Y a-t-il des contre-indications?

N'administrez pas le médicament aux femmes ayant un facteur Rh positif, car il n'est pas nécessaire. Et pour les femmes ayant un facteur sanguin négatif, la liste des contre-indications est petite. Il comprend:

  • la présence dans l'histoire d'une réaction allergique sévère en réponse à l'introduction d'immunoglobulines, ce qui est assez rare;
  • la détection d'un titre accru d'anticorps dans le sang d'une femme, ce qui indique que la sensibilisation a déjà commencé, par conséquent, l'immunoglobuline n'est plus seulement nécessaire mais aussi sensible.

Dans le deuxième cas, le traitement du conflit Rh doit être commencé, dont le but sera de minimiser les conséquences négatives pour le bébé.

Surdosage

Depuis de nombreuses années, l'utilisation d'un tel médicament n'a pas montré de cas de surdosage, ces cas ne sont pas décrits dans la littérature scientifique et médicale.

Interaction avec d'autres médicaments

L'immunoglobuline anti-rhésus n'entre pas en réaction avec d'autres médicaments, elle peut être administrée à temps et avec l'utilisation de médicaments hormonaux, et avec des antibiotiques, si un tel traitement est prescrit à une femme pour plusieurs raisons.

Quelles sont les conditions de vente

Le produit est vendu exclusivement sur ordonnance. Le médicament est livré de manière centralisée aux institutions médicales, et donc la question de l'achat d'un médicament ne devrait pas inquiéter une femme. Si elle est censée administrer des immunoglobulines, alors ce médicament est dans l'établissement médical - à la fois en consultation et à la maternité.

Conditions de stockage

Le stockage des ampoules de seringues nécessite une attention particulière de la part du personnel médical. À haute température, la composition change et le médicament devient inutilisable. Il est recommandé de conserver le produit à une température non inférieure à 2 degrés Celsius et non supérieure à 10 degrés, c'est-à-dire au réfrigérateur. Dans les mêmes conditions, il est prescrit de transporter le produit.

N'utilisez pas de flacons dont l'intégrité est altérée, ainsi que l'étiquetage flou ou manquant.

Durée de conservation

Limité à 3 ans à compter de la date d'émission. Ensuite, le produit doit être éliminé..

Notes spéciales

Si une femme enceinte a reçu des immunoglobulines anti-rhésus après l'accouchement ou avant, les premières vaccinations programmées ou non planifiées à l'aide de vaccins vivants ne peuvent être effectuées que 3 mois après l'introduction du médicament immunitaire.

Il est important d'inviter un partenaire et un médecin à une femme Rh-négative lors de l'inscription à une consultation au cours de la première grossesse ou de toute grossesse ultérieure. Il reçoit également une référence pour un test sanguin. Cela est nécessaire pour confirmer l'affiliation rhésus du père de l'enfant à naître. Si papa a également un facteur Rh négatif, il n'est pas nécessaire d'administrer le médicament pendant la grossesse ou après l'accouchement.

Pour les femmes pour lesquelles une telle injection est prescrite, le médicament est administré gratuitement. Ce sont les recommandations cliniques du ministère de la Santé sur la prise en charge de la grossesse compliquée par l'affiliation rhésus d'une femme. Le prix du médicament dans ce cas ne représente aucune valeur pratique pour les femmes enceintes. Ils ne prennent pas non plus de frais de puerperas qui reçoivent le médicament dans les trois jours après la naissance d'un enfant avec un facteur Rh positif.

L'injection est également gratuite pour les patients après un avortement et d'autres situations..

Et c'est très bien, car la valeur marchande du médicament est de 3 à 7 mille roubles.

Commentaires

Selon les examens des femmes qui ont reçu un tel médicament pendant la grossesse, il n'y a pas eu d'effets secondaires, d'effets ni de complications après l'injection. Il est à noter qu'aucune des mères n'a signalé le développement d'un enfant atteint d'une maladie hémolytique sévère après l'injection. Cela indique l'efficacité et la sécurité prouvée du produit. Après l'accouchement, le médicament n'a également provoqué aucun effet secondaire..

Très souvent, les femmes déclarent qu'elles demandent de l'argent pour une injection - jusqu'à 7 000 roubles. L'immunoglobuline anti-rhésus est incluse dans la liste des médicaments vitaux par le gouvernement de la Russie, par conséquent, elle ne peut pas être facturée si une femme est inscrite à la clinique prénatale et a une politique MHI.

Si la femme enceinte préfère être observée dans un centre médical privé, alors en plus des rendez-vous chez le médecin, des analyses et des échographies, elle paie également les frais d'immunoglobuline. Vous ne devriez pas être surpris de cela.

observateur médical, spécialiste en psychosomatique, mère de 4 enfants

Conflit rhésus: des moyens pacifiques de résolution

L'humanité est composée d'hommes et de femmes, de blondes et de brunes, hautes et basses, ainsi que de ceux qui ont une protéine appelée antigène Rh dans leurs globules rouges et ceux qui n'en ont pas. Tout irait bien - les propriétaires de rhésus positifs et négatifs vivent très amicalement et forment souvent des couples, mais certaines combinaisons de parents rhésus pendant la grossesse peuvent conduire à un conflit rhésus entre mère et bébé.

Ce que c'est? Est-ce dangereux? Est-il possible de prévenir les conflits rhésus et comment en traiter les conséquences? L'allaitement est-il autorisé? Dit Elena TELINA, obstétricienne-gynécologue, médecin chef adjointe en obstétrique et gynécologie, Centre médical "AVICENNA" Groupe d'entreprises "Mère et enfant".

Qu'est-ce qu'un conflit rhésus?

Tout d'abord, découvrons ce qu'est le facteur Rh. Il s'agit d'une protéine spéciale - l'antigène Rh, qui est situé (ou non) à la surface des globules rouges - les globules rouges. Si cette protéine est présente dans le sang, le rhésus est considéré comme positif et s'il n'est pas - négatif. En 1940, les médecins K. Landsteiner et A. Wiener ont aidé l'antigène Rh à détecter les singes du type singe rhésus - cette protéine a d'abord été isolée de leurs globules rouges. En l'honneur de ces singes, le facteur Rh a obtenu son nom.

Environ 85% de la population européenne de la planète ont un facteur Rhésus positif et environ 15% ont un facteur Rhésus négatif. Le pourcentage le plus élevé de personnes ayant un facteur Rh négatif se trouve chez les Basques. Il est intéressant de noter que les Asiatiques, les Africains et la population indigène de la maladie du Rhésus négatif en Amérique du Nord sont extrêmement rares - dans environ 1% des cas, le conflit rhésus est donc très rare pour eux.

"Un facteur Rh négatif n'affecte pas la vie d'une personne, vous ne pouvez pas déterminer une telle différence dans l'œil. Cependant, pendant la grossesse, l'inadéquation des facteurs rhésus de la mère et du bébé peut entraîner une complication assez grave - Conflit rhésus.

Le sang "Rh positif" et "Rh négatif" sont incompatibles. L'entrée de l'antigène Rh dans le sang avec un rhésus négatif génère une forte réponse immunitaire - le corps perçoit une protéine étrangère comme une maladie grave qui doit être détruite. Une armée entière d'anticorps se développe d'urgence pour attaquer et détruire les antigènes «positifs».

Que se passe-t-il si la source de tels antigènes «étrangers» apparaît à l'intérieur du corps et s'y installe fermement pendant 9 mois? La concentration d'anticorps augmentera constamment, ils attaqueront de plus en plus activement des protéines dangereuses pour eux, essayant de détruire complètement leur source. Cela se produit lorsque la mère a un facteur Rh négatif et que le bébé a un facteur Rh positif. Le corps de la mère se défend en attaquant des antigènes inconnus. Cette condition est appelée conflit rhésus..

«Le risque de développer un conflit Rhésus existe si la mère a un Rhésus négatif et le père a un Rhésus positif. D'autres combinaisons ne provoqueront pas un tel conflit..

Lorsque le rhésus survient, le conflit entre la mère et le fœtus pendant la grossesse et comment les injections d'immunoglobulines aident

La formation d'un conflit immunologique entre les organismes d'une future mère et de son enfant dans son utérus entraîne de graves maladies. De plus, cela peut entraîner la mort du bébé. Par conséquent, une grande attention est accordée à cette pathologie par les médecins. La grossesse d'une mère Rh négative avec un bébé «positif» nécessite une surveillance attentive de la part d'un obstétricien-gynécologue superviseur. Cela aidera à prendre les mesures nécessaires pour sauver la vie de l'enfant, à fournir toute l'assistance possible pour le cours normal de la gestation.

Conflit rhésus pendant la grossesse: quand et comment cela se produit, et que faire ensuite

Le conflit rhésus est un phénomène pathologique, basé sur l'incompatibilité de la mère et du fœtus, survenant au niveau immunologique. Pour que le conflit se développe, la future mère doit avoir un Rhésus négatif et le bébé dans l'utérus - positif. Mais la sensibilisation de la mère ne se développe pas toujours, car cela nécessite des facteurs supplémentaires. Cette pathologie est assez dangereuse, car elle peut provoquer des maladies graves voire mortelles chez l'enfant.

Quel est le conflit rhésus du fœtus et de la mère

Un conflit immunologique résultant d'une incompatibilité du rhésus de la future mère et de l'enfant se développe soit en cours de portage, soit lors de sa naissance. Le facteur Rh lui-même est une lipoprotéine, autrement appelée D-agglutinogène et attachée aux globules rouges. Chez les personnes atteintes de cet agglutinogène, le rhésus est considéré comme positif et, en son absence, négatif. L'incompatibilité se développe du fait que le fœtus hérite du père d'un facteur positif. Lorsque pendant la grossesse, pour une raison quelconque, les globules rouges du bébé et de la mère commencent à interagir, leur agglutination se produit, également appelée adhérence.

Causes du conflit rhésus: facteurs de risque

L'apparition d'une incompatibilité est possible pour diverses raisons, qui dépendront de certaines caractéristiques de la grossesse.

Première grossesse

Lors du premier accouchement du bébé, le conflit apparaît rarement, et dans certaines situations de la vie, la future mère peut le provoquer:

  • Effectuer une transfusion sanguine lorsqu'ils ne font pas attention à la compatibilité Rh.
  • Interruption de grossesse artificielle antérieure, si indiquée ou demandée par une femme.
  • Avortements spontanés antérieurs.

La sensibilisation peut également se produire dans de tels cas:

  • Gestose sévère, avec violation de l'intégrité des structures du lit vasculaire du placenta.
  • Amniocentèse, cordocentèse ou biopsie des tissus chorioniques pour diagnostiquer l'état du fœtus.
  • Le développement d'un décollement placentaire précoce

Re-gestation

Dans la deuxième grossesse et les grossesses ultérieures, les globules rouges du bébé pénètrent dans la paroi vasculaire de la mère, ce qui active la réponse du système immunitaire et la production d'immunoglobulines de type G. Ces immunoglobulines sont petites, elles pénètrent simplement la barrière placentaire dans le sang du fœtus. À la suite de ce phénomène, une violation de la structure des globules rouges du fœtus se produit et une hémolyse se forme. Un tel processus conduit à la formation de bilirubine (une substance toxique) et au développement ultérieur d'une maladie hémolytique.

Grossesse multiple

Un conflit entre rhésus lors d'une grossesse multiple ne se produit souvent que si cette conception n'est pas la première. Si des jumeaux ou des triplés accompagnent la première grossesse, alors pendant une gestation sans complications et prévention en temps opportun, la future mère peut ne pas s'inquiéter.

Lorsque le groupe sanguin de la mère est le premier «-»

Si la future mère a le premier groupe sanguin avec un facteur négatif, un conflit peut survenir si le bébé hérite non seulement du Rhésus positif du père, mais aussi d'un certain groupe sanguin:

  • Le premier ou le second, quand mon père a eu une seconde.
  • Le premier ou le troisième, quand papa a un troisième.
  • Le deuxième ou le troisième, quand un homme a un quatrième.

Table d'héritage Blood Rp: groupes incompatibles et probabilité de conflit

Des études génétiques ont permis d'évaluer l'ampleur de la menace d'un conflit rhésus pendant la gestation. Les médecins analysent ces risques afin de minimiser les complications potentielles de cette condition..

Les tableaux principaux sont deux:

  • Risque de rhésus.
  • Risque de groupe sanguin.

Pour évaluer la présence ou l'absence d'agglutinogène:

Père rhésusMère rhésusBébé rhésusChances de conflit
+++Sont absents
+-Avec 50%, les deux options sont probables.50%
-+Avec 50%, les deux options sont probables.Sont absents
---Sont absents

Si l'accent est mis sur le groupe sanguin, le tableau prend un aspect différent:

PèreMèreEnfantChances de conflit
000-
0ET0 ou A-
0DANS0 ou B-
0UN BA ou B-
ET00 ou A50%
ETET0 ou A-
ETDANSN'importe quelle option est possible.25%
ETUN B0, A ou AB-
DANS00 ou B50%
DANSETN'importe quelle option est possible.50%
DANSDANS0 ou B-
DANSUN B0, A ou AB-
UN B0A ou Bcent%
UN BET0, A ou AB66%
UN BDANS0, B ou AB66%
UN BUN BA, B, AB-

Danger d'incompatibilité pour le fœtus et la mère: l'impact d'un facteur négatif

L'incompatibilité de la future mère et de son enfant à Rhésus est une condition dangereuse. Il ne menace la femme elle-même que psychologiquement, en raison des expériences associées à une telle situation. Mais pour le fœtus, les conséquences de la pathologie sont beaucoup plus graves.

Au premier trimestre

La violation la plus grave associée à la première période de grossesse est la possibilité d'interrompre la grossesse. Le conflit du système immunitaire de la mère avec le fœtus qui vient de se former peut entraîner une altération du développement et de l'attachement du zygote.

Puisque cette période est associée à la pose active et à la formation de systèmes de base, le conflit immunologique les affecte négativement. Des perturbations dans la structure du système nerveux central apparaissent, après une intoxication, le foie et les reins sont exposés.

Au deuxième trimestre

Le milieu d'une femme portant un bébé avec un conflit entre rhésus est lourd de complications possibles:

  • Le développement de l'ictère nucléaire.
  • Troubles de la structure du cerveau entraînant un retard mental.
  • Hypertrophie de la rate et du foie qui ne peuvent pas fonctionner normalement.

Au troisième trimestre

Pour la dernière étape de la gestation, l'incompatibilité immunologique de la future mère et de son bébé peut devenir la base de plusieurs situations:

  • Naissance précoce.
  • Anémie chez le bébé.
  • Jaunisse.
  • Maladie hémolytique.
  • Retards de développement supplémentaires.

Comment est le diagnostic

Les mesures diagnostiques pour détecter une incompatibilité immunologique sont assez simples. Grâce à leur mise en œuvre rapide, le médecin sera en mesure d'interpréter facilement les résultats, en choisissant les tactiques appropriées pour d'autres actions.

Combien de temps est diagnostiqué

S'il a été déterminé chez une femme enceinte avec un rhésus négatif que l'enfant aura un rhésus positif, elle doit être surveillée:

  • Si elle est enceinte pour la première fois et n'est pas sensibilisée - l'examen est répété tous les 2 mois.
  • Si une femme est sensibilisée, l'analyse est effectuée une fois tous les 30 jours à 32 semaines, puis une fois tous les six mois de 32 à 35 semaines de gestation et tous les 7 jours à partir de 35 semaines de gestation.

Quels tests font

La principale méthode de diagnostic est une femme qui donne du sang pour déterminer le titre des anticorps anti-rhésus.

Utilisez également certaines méthodes de diagnostic pour suivre l'état de l'enfant:

  • L'échographie, elle est réalisée 4 fois pendant 20 à 36 semaines et avant la naissance du bébé.
  • Électrocardiographie.
  • Phonocardiographie.
  • Cardiotocographie.

En plus de ces mesures, l'amniocentèse est autorisée de 34 à 36 semaines. Cela permet d'identifier non seulement le niveau de titre d'anticorps dans la membrane de l'eau fœtale, mais aussi le degré de maturité de ses poumons, la densité de la bilirubine.

Traitement

Parmi les mesures thérapeutiques pour aider les femmes enceintes et leurs enfants à risque de développer une incompatibilité rhésus figurent des méthodes de désensibilisation non spécifiques: vitamines, métabolites, calcium et fer, médicaments antiallergiques, oxygénothérapie. Mais le principal moyen de prévenir l'incompatibilité est la vaccination de la future mère avec des immunoglobulines.

Qu'est-ce qu'une immunoglobuline ou un vaccin anti-rhésus pour les femmes avec rhésus négatif

L'immunoglobuline anti-rhésus est un médicament à haut niveau d'anticorps dont le but est de renforcer le système immunitaire. Il contient une fraction protéique ayant une activité immunologique, qui est obtenue à partir du plasma humain ou du sérum d'un donneur. Avant de créer le vaccin, le matériel de départ est examiné pour confirmer l'absence d'anticorps contre le virus de l'immunodéficience, l'hépatite C et B.

Lorsqu'une immunoglobuline anti-D est prescrite

L'immunoglobuline anti-D est prescrite aux femmes pendant la gestation avec un risque élevé de conflit Rh. Dans certains cas, c'est un médicament à effet thérapeutique, mais il peut également remplir une fonction prophylactique..

À quelle fréquence administrez-vous des immunoglobulines anti-rhésus pendant la grossesse?

Le sérum est administré par voie intramusculaire pour la première fois à 28 semaines de gestation, puis une autre dose est administrée immédiatement après la naissance.

Des immunoglobulines sont-elles nécessaires à la deuxième gestation

Si, dans les résultats de l'examen, le titre d'anticorps se situe dans la plage normale, le médecin recommandera l'introduction d'immunoglobulines, mais cette procédure peut ne pas être effectuée selon la décision de la femme.

Comment le conflit rhésus peut-il affecter un enfant: pathologies et conséquences pour le fœtus

L'incompatibilité immunologique est extrêmement dangereuse pour un bébé à naître, elle peut provoquer:

  • Jaunisse du nouveau-né.
  • Dropsie du cerveau.
  • Malformations graves du cerveau et du cœur.
  • Mortinaissances.
  • Naissance prématurée.

Quelles sont les injections d'immunoglobulines utilisées: une liste d'agents populaires

Les préparations d'immunoglobulines les plus pertinentes:

  • Immunoglobuline G anti-rhésus Rh0 (D).
  • HyperROW S / D.
  • Immunoro Cedrion.
  • Partobulin SDF.
  • BayRow Dee.
  • Immunoglobuline humaine anti-rhésus Rh0 (D).
  • Résonnant.

Tous ces outils sont analogiques, mais pas 100% équivalents. Le choix du médicament est effectué par un spécialiste qui supervise une femme tout au long de sa gestation. Il se concentre sur les caractéristiques individuelles de son corps, en choisissant l'outil le plus rentable et le plus efficace. Le médecin sélectionne également la posologie la plus adaptée au patient.

Est-il possible d'éviter les conflits rhésus sans recourir aux médicaments

Il n'est pas possible d'éviter indépendamment l'incompatibilité avec un enfant en raison du facteur Rh, sans utiliser de médicament.

Une femme doit comprendre que les moyens offerts par la médecine traditionnelle ne sont pas efficaces et que seule l'aide opportune reçue par elle dans un établissement médical deviendra la clé de la naissance d'un bébé en bonne santé.

Il est également possible de refuser d'administrer le médicament si la future mère présente des contre-indications, par exemple:

  • Hypersensibilité.
  • Hyperthymie.
  • Dyspepsie.
  • Tout type de diabète.
  • Sensibilisation déjà détectée.

L'incompatibilité immunologique n'est pas dangereuse pour la femme enceinte, mais elle affecte négativement le fœtus et peut même provoquer sa mort. Conformément à cela, ce phénomène nécessite non seulement un suivi attentif du déroulement de la gestation par le médecin, mais également le respect de toutes les recommandations de la mère.

Ennemis de sang. Grossesse et conflit rhésus

Facteur Rh négatif chez une femme enceinte, conflit Rh

La plupart d'entre nous n'avaient guère à penser à ce qu'est le facteur Rh. Cela n'est pas surprenant: dans la vie ordinaire, sa présence ou son absence n'entraîne aucune conséquence douloureuse. Cette question ne devient pertinente que lorsqu'il s'agit de grossesse..

Le facteur Rh est une protéine (ou antigène Rh) qui se trouve à la surface des globules rouges - les globules rouges chez l'homme. Il a d'abord été détecté chez des singes rhésus, d'où il tire son nom. Les scientifiques ont pu détecter le facteur Rh il y a environ 70 ans. Leur découverte a permis de déterminer que certaines personnes ont ce même facteur Rh et, par conséquent, sont Rh positives. Dans une autre partie de l'humanité, le facteur Rh n'a pas été trouvé; ces personnes sont considérées comme Rh négatif.

Le facteur Rh est hérité comme un trait fort et dominant. C'est pourquoi la plupart (environ 85%) des gens l'ont. Le sang de ces personnes est Rh positif. Les 15% restants ne l'ont pas - ils ont du sang Rh négatif. Ainsi, le sang Rh positif signifie la présence d'une protéine Rh (ou facteur Rh), et le sang Rh négatif signifie l'absence de ce facteur.

Le facteur Rh négatif n'est pas ressenti par une personne dans la vie ordinaire. Cependant, pendant la grossesse, l'inadéquation de l'affiliation rhésus de la mère et du fœtus peut provoquer le soi-disant conflit rhésus.

Risque possible
Père rhésusMère rhésusBébé rhésusProbabilité de conflit
un plusun plus75% plus, 25% moinsne pas
un plusmoins50% plus ou 50% moins50%
moinsun plus50% plus ou 50% moinsne pas
moinsmoinsmoinsne pas

Conflit: qui est à blâmer?

La sensibilisation au rhésus (conflit rhésus) est le développement dans le corps d'une mère Rh négative d'anticorps dirigés contre les antigènes du système fœtal Rh, c'est-à-dire contre une protéine située sur les globules rouges d'un enfant..

Un problème ne peut survenir que si la future mère est Rh-négative, c'est-à-dire que le facteur Rh est absent dans son sang, et que le futur père est Rh-positif (le facteur Rh est déterminé dans son sang), alors le bébé peut hériter de Rhésus de lui affiliation. Ainsi, le bébé, comme son père, sera Rh positif (le facteur Rh se formera dans son sang). La formation de l'affiliation rhésus du bébé est terminée à la 8e semaine de grossesse.

Il s'avère que la future mère porte son bébé, qui se distingue d'elle par la présence d'un facteur Rh dans le sang, alors qu'elle-même n'a pas ce facteur Rh. Le système immunitaire de la mère reconnaît une protéine étrangère - le facteur Rh du bébé - et commence à la combattre. La lutte contre "l'ennemi" se déroule comme suit: le corps de la mère sécrète des anticorps Rh, qui commencent à attaquer les globules rouges fœtaux.

Les résultats de cette lutte peuvent être très déplorables. Les globules rouges (globules rouges) dans le sang du fœtus sont détruits et meurent. En conséquence, le nombre total de globules rouges diminue et il développe une anémie (anémie). Les globules rouges fœtaux détruits sécrètent de la bilirubine - une substance qui est une toxine pour le bébé. Circulant dans le sang du bébé, la bilirubine l'empoisonne et paralyse le travail des organes vitaux du corps de l'enfant. Cette condition est appelée maladie hémolytique fœtale. Sans traitement spécifique et en temps opportun, le fœtus peut mourir, par conséquent, une suspicion de développement d'un conflit rhésus est une indication d'hospitalisation dans une clinique spécialisée.

Il est important de comprendre que des complications graves de la grossesse telles que les conflits rhésus et la maladie hémolytique du bébé ne se produisent que dans un cas - si le futur bébé a une mère Rh négative et un père Rh positif. Mais même avec un papa Rh positif, il est très possible (jusqu'à 50% de probabilité) que le bébé soit Rh négatif, comme sa mère, et qu'il ne rencontre aucune complication!

Dans tous les autres cas:

  • le père et la mère sont positifs au rhésus,
  • père et mère sont rhésus négatifs,
  • le père est Rh négatif, la mère est Rh positive - le développement d'un conflit Rh et d'une maladie hémolytique du fœtus est impossible.

Je dois dire que même dans le cas du développement d'un enfant Rh positif, la mère Rh négative ne développe pas nécessairement un conflit Rhésus, c'est-à-dire que dans ce cas, pas toujours des anticorps aux érythrocytes du fœtus se formeront dans le corps de la mère. Chez une femme Rh négative tombée enceinte pour la première fois de sa vie, le risque de développer un conflit Rhésus n'est que de 10%. En l'absence de complications (formation d'anticorps) lors de la première grossesse, le même degré de risque (10%) persiste lors de la grossesse suivante.

Même si des anticorps Rh sont détectés dans le sang d'une femme enceinte, cela ne signifie pas un risque de maladie fœtale à 100%, car les miettes ont tellement de défenseurs. Dans le sang de la femme enceinte, dans les eaux entourant le bébé et, bien sûr, dans l'organe principal de la grossesse - le placenta - il y a des filtres biologiques spéciaux. Ces filtres bloquent les anticorps Rh, les retardent et ne passent pas au bébé. Cependant, l'efficacité d'une telle protection dépend largement de l'état de santé général de la femme enceinte et du déroulement de la grossesse. Malheureusement, les maladies chroniques de la femme enceinte (principalement les infections) et les complications de la grossesse (menace d'interruption, toxicose, décollement partiel du placenta) réduisent l'efficacité de la défense et augmentent le risque de conflit rhésus. Normalement, pendant la grossesse, une petite quantité de sang fœtal pénètre dans la circulation sanguine du fœtus, cependant insuffisante pour la sensibilisation, en présence de sécrétions sanguines, d'hypertension artérielle, de manipulations obstétricales et d'interventions intra-utérines, la quantité de sang fœtal qui pénètre dans la circulation sanguine de la femme augmente. Ainsi, la réalisation d'études invasives pendant la grossesse (techniques qui incluent la microperforation de la vessie fœtale et l'échantillonnage des cellules fœtales, du cordon ombilical, du placenta de l'eau fœtale) augmentent le risque de développer un conflit Rh et une maladie hémolytique du fœtus. En outre, une grande quantité de sang pénètre dans la circulation sanguine d'une femme ayant subi un avortement artificiel ou spontané et une césarienne.

Des anticorps rhésus chez une femme qui n'a pas de facteur rhésus dans son sang peuvent se former lors de l'interruption de grossesse: avortement spontané (fausse couche), avortement médicamenteux et développement d'une grossesse extra-utérine. L'incidence des anticorps dans divers types d'avortements est d'environ 3%. Ces anticorps circulent dans le sang d'une femme toute sa vie et peuvent provoquer un conflit rhésus lors de sa prochaine grossesse, même après de nombreuses années. En conséquence, la prochaine grossesse peut entraîner une maladie hémolytique du fœtus ou une fausse couche.

Toutes les femmes enceintes devraient se rappeler de l'importance de préserver leur première grossesse avec un facteur Rh négatif. Lorsque vous pensez à interrompre la première grossesse, pensez aux complications possibles, à la gravité de la maladie hémolytique, à la complexité de son traitement, aux fausses couches lors des grossesses ultérieures et au grand risque d'infécondité! Ce sera peut-être un argument de poids en faveur de la préservation de la grossesse, de la préservation de la santé du bébé à naître et du bonheur.

Prévention des conflits rhésus

Lors de la planification d'une grossesse, vous devez, entre autres, établir votre groupe sanguin et votre affiliation Rhésus. Dans le cas où le facteur Rh n'est pas détecté (c'est-à-dire que la future mère est Rh négative), il est nécessaire d'établir le facteur Rh du futur père. Dans tous les cas, vous devez être enregistrée au plus tard 7 à 8 semaines de grossesse - cela vous permet de commencer en temps opportun l'examen de la femme enceinte et d'éviter le développement de nombreuses complications.

Immédiatement après l'inscription à la clinique prénatale, une femme enceinte Rh-négative se verra prescrire un test sanguin spécial. Il s'agit d'une analyse pour détecter les anticorps Rh dans leur sang et leur quantité, ou titre d'anticorps. Si aucun anticorps n'est détecté, la prochaine fois que le sang pour les anticorps est testé aux semaines 18-20, puis mensuellement. En l'absence d'anticorps Rh et du développement réussi de la grossesse à 28 semaines, une femme reçoit une injection d'un médicament spécial qui empêche la production d'anticorps dans le sang d'une mère Rh négative. Ce médicament est appelé immunoglobuline anti-rhésus. Après l'administration du médicament, le sang pour les anticorps n'est plus testé.

Si des anticorps sont détectés ou que la grossesse se répète, après la fin des grossesses précédentes, aucune immunoglobuline anti-rhésus n'a été administrée, des fausses couches ou des avortements médicaux se sont produits ou des bébés Rh-positifs sont nés - les anticorps sont régulièrement déterminés mensuellement jusqu'à la 32e semaine de grossesse. De la 32e à la 35e semaine de grossesse, cette analyse est déjà effectuée deux fois, et après la 35e semaine, le sang est contrôlé pour les anticorps une fois par semaine - jusqu'à la naissance. Lorsque des anticorps apparaissent, leur titre est déterminé.

Si des anticorps Rh sont détectés à n'importe quel stade de la grossesse, la future mère est envoyée pour examen dans une clinique spécialisée dans le problème des conflits Rh. Si aucun anticorps n'est détecté, la femme enceinte continue d'être observée dans la clinique prénatale habituelle, répétant régulièrement le test d'anticorps.

Après la naissance du bébé et l'intersection du cordon ombilical, le sang du cordon est prélevé directement dans la salle d'accouchement pour déterminer le facteur Rh du bébé. Si le nouveau-né, comme sa mère, est Rh négatif, il n'y a aucun risque de développer une maladie hémolytique. Dans le cas où le bébé a hérité du Rhésus positif du père, une autre dose d'immunoglobuline est administrée à la mère. Cela garantit la prévention des conflits Rh lors de la prochaine grossesse. Le médicament requis pour cette procédure est administré dans les 48 heures après la naissance. Ce médicament devrait être dans toutes les maternités; il est administré à toutes les femmes Rh-négatives chez lesquelles aucun anticorps n'a été détecté au moment de l'accouchement. Mais si vous savez que vous aurez probablement besoin de l'introduction d'immunoglobulines, il est préférable de demander à l'avance s'il existe un médicament à l'hôpital où vous allez accoucher. Après l'accouchement, vous devez vous demander quel est le facteur rhésus de votre bébé et s'il est positif, vous a-t-on donné des immunoglobulines? Il est préférable que cela se fasse dans le bloc de naissance, dans les 2 premières heures après l'accouchement.

Une femme Rh négative sans sensibilisation (identification d'anticorps indiquant la survenue d'un conflit Rhésus) peut accoucher dans une maternité ordinaire non spécialisée dans la prise en charge de la grossesse et de l'accouchement dans le conflit Rh.

Comment vaincre la maladie hémolytique?

Si une maladie hémolytique du fœtus est détectée (augmentation du nombre d'anticorps dans le sang), la femme enceinte est hospitalisée au service de pathologie d'une maternité spécialisée. Un examen supplémentaire est effectué à l'hôpital. L'état du fœtus est évalué par échographie, dopplerométrie et cardiotocographie. Ces études aident également à identifier les premiers signes d'un conflit rhésus. À la suite de la première attaque d'anticorps maternels, le placenta s'épaissit, la quantité d'eau fœtale augmente, le foie et la rate du bébé augmentent en taille. De telles manifestations du conflit rhésus sont facilement détectées à l'aide d'ultrasons.

Deux autres études - la dopplerométrie et la CTG - vous permettent d'effectuer une évaluation fonctionnelle de l'état du bébé, c'est-à-dire de surveiller son bien-être. L'étude Doppler est un type d'échographie, dans lequel le niveau du flux sanguin dans les artères utérines, les vaisseaux du placenta et le cordon ombilical est déterminé. Sa croissance et son développement dépendent de la circulation sanguine entre la mère et le bébé, car avec le sang, le fœtus reçoit de l'oxygène et des nutriments. Avec le développement du conflit rhésus, le flux sanguin placentaire s'aggrave.

CTG, ou cardiomonitoring fœtal, est une étude matérielle qui vous permet de suivre et d'enregistrer la fréquence cardiaque fœtale (FC) sur une bande spéciale. Les tons cardiaques des miettes sont le principal indicateur de son bien-être. En augmentant ou en diminuant la fréquence cardiaque, une détérioration générale de la santé du fœtus peut être suspectée.

En présence d'indications (augmentation rapide du nombre d'anticorps, souffrance importante du fœtus), une cordocentèse est réalisée - insertion d'une aiguille dans les vaisseaux du cordon ombilical du bébé et transfusion sanguine intra-utérine au fœtus.

La procédure est la suivante: sous la surveillance d'une échographie, le cordon ombilical est inséré dans la veine de la mère à l'aide du cathéter à travers la paroi abdominale antérieure de la mère et le fœtus est transfusé avec 20 à 50 ml de préparation de sang donneur Rh négatif du groupe I. Cette mesure contribue à affaiblir la réponse immunitaire du corps de la future mère. Cet effet peut être obtenu en réduisant le nombre relatif de globules rouges Rh-positifs. Grâce à cela, l'état du bébé s'améliore et la grossesse se développe en toute sécurité. Les transfusions intra-utérines peuvent être effectuées à plusieurs reprises jusqu'à la 34e semaine de grossesse. Après cette période, le fœtus est considéré comme viable et, si nécessaire, le problème de l'accouchement précoce est résolu.

Les méthodes suivantes sont également utilisées pour traiter la maladie hémolytique du fœtus:

La plasmaphérèse est une technique de purification du sang. Avec la plasmaphérèse, les toxines et les produits pathologiques sont éliminés du plasma (la partie liquide du sang). Pour ce faire, prenez d'abord un échantillon de sang, puis renvoyez-le à travers un filtre à plasma.

Immunosorption plasmatique - la méthode est basée sur des molécules chargées ™ de produits nocifs contenus dans le sang, qui, lors du passage à travers un sorbant (charbon actif), «s'y collent». Le sang est passé à travers des filtres à charbon et retourné sous forme purifiée.

Greffe de lambeau de peau - un morceau de la peau du futur papa est «implanté» dans la femme pendant les 3 derniers mois de la grossesse. Ceci est similaire à la chirurgie plastique (comme, par exemple, dans le traitement des brûlures graves). Lorsque le lambeau de peau du futur papa commence à "prendre racine" dans un nouvel endroit, le corps de la mère le reconnaît comme un tissu étranger. C'est une sorte de manœuvre distrayante: l'immunité d'une femme enceinte met toute sa force dans la lutte contre un agent plus étranger. La production d'anticorps dirigés contre le bébé Rh est réduite, ce qui permet de prolonger la grossesse.

L'immunoglobuline anti-lymphocytaire est un médicament qui provoque une destruction partielle des cellules immunitaires de la mère. L'immunité de la femme enceinte est réduite, ce qui entraîne une diminution de la production d'anticorps et une amélioration de l'état du bébé.

L'examen et le traitement des conflits rhésus de la mère et du fœtus sont effectués uniquement dans un hôpital spécialisé. Le choix de la méthode de traitement est déterminé par le médecin. Avec un traitement rapide, le pronostic pour la mère et le bébé est favorable.

Pour les questions médicales, assurez-vous de consulter d'abord votre médecin.

En Savoir Plus Sur La Planification De La Grossesse